Le Monde dans les abysses

Pour qui s’intéresse à la vie à bord des sous-marins français et de surcroit à leur féminisation prochaine, la série d’articles de Nathalie Guibert, journaliste au Monde, fait l’effet d’une petite bombe non-conventionnelle.

Cette dernière, au-delà des quelques jours que certaines femmes peuvent – sous multiples conditions – grappiller pour plonger à bord des bateaux noirs, a pu rester un mois parmi l’équipage de 70 marins du SNA La Perle. Un mois à partager les repas à la caf’ ou au carré, un mois à prendre des douches « pull-push » chronométrées, un mois à mettre son odorat en berne dans une atmosphère 100% artificielle, un mois à dormir sur une bannette de 70 cm de large, un mois à se cogner à peu près à tout et à tout le monde au moindre déplacement, un mois à se prendre la pied dans sa kermel trop large portée le plus souvent à mi-drisse, un mois à vivre au gré de la lumière rouge de mise entre 20h et 8h pour des raisons purement opérationnelles, loin de la chronobiologie humaine…
mais un mois d’une aventure bercée par les remous d’une mer inconnue et sombre, tel Jonas dans la baleine.

Equipage du SNA Perle

Equipage du SNA Perle © MinDef.

Pour que le voile se lève et que la fascination grandisse, je vous invite à lire les articles de la sirène qui sont en ligne sur le Monde. Je ne vous indique qu’un lien, celui du premier article, mais n’hésitez pas à fouiller sur le site du journal qui a promis de multiplier les entrées et les médias, notamment avec quelques vidéos.

En attendant, barre à 100… et immersion… les articles sont ici !