Qu’est-ce que ce carnet ?

Quand un designer industriel se lance dans une thèse sur la vie dans les boîtes
à sardines, cela donne un encadrement inédit en géographie et neurosciences !

Designer de formation, je suis inscrite et géographie à l’université d’Arras, dans le laboratoire « Discontinuités » (EA 2468), avec une co-direction en neurosciences à l’Institut de recherche biomédicale des Armées (IRBA).

Ce carnet vise à rendre compte, sur une base idéalement hebdomadaire, de l’avancé de ma thèse que je vais débuter à la rentrée 2014 et intitulé « Le Design de spatialités des « voyages extraordinaires » ou comment lutter contre le stress des individus en situation d’isolement et de confinement ». Mes recherches portent ainsi sur le design des environnements que sont notamment les sous-marins, les bases polaires et les stations/vaisseaux spatiaux.

Je travaille sur les conditions de vie et surtout sur les moyens de renforcer l’habitabilité de ces environnement afin de limiter le stress des individus participant à ces « voyages ». J’aborderai donc de façon conjointe ces trois environnements que la littérature scientifique relève de façon constante comme « analogues » (à défaut d’être en tout point comparables).

L’ancrage en géographie m’apportera le cadre disciplinaire de l’étude des relations des individus à leur environnements, tandis que les neurosciences seront une boîte à outils et à idées parfaite pour détecter/quantifier les perversions de cette relation…

Au design(er), ensuite, de proposer des modalités d’interventions afin de corriger cette relation délétère entre les individus et leur spatialité afin d’améliorer leur condition de vie dans ces environnements extrêmes. Par une démarche récursive, les neurosciences pourront venir valider la pertinence, c’est-à-dire l’efficacité, de ces dispositifs. Toutes ces hypothèses, tous ces protocoles scientifiques pourront faire l’objet de posts sur ce carnet d’hypothèse.

Ce carnet pourra être constituer par des réflexion personnelles sur mon travail de recherche, avec :

  • des fiches de lecture (ou de films)
  • des réflexion méthodologiques (difficultés, réussites, explorations…)
  • des analyses de terrain
  • des mises en place de dispositifs d’intervention spatiale
  • des ébauches/proposition de protocole scientifiques

Mais aussi, il s’agira parfois d’une prise de recul concernant plus globalement les enjeux de la rechercher par un designer (le design n’étant pas à proprement parler au CNU) « accueilli » par deux disciplines, l’une relevant des sciences dites « dures » et l’autre… « molle » (ce vocable étant pour moi tout à fait détestable, osons-le).