Béréchit

Comment introduire un tel travail ? Une telle passion pour les environnements contraints et extrêmes ? Comment expliquer la genèse de tout ça avant de laisser le lecteur se faire une idée par lui-même de la réalité des terrains étudiés ?…

Peut-être dire que je suis, depuis 2005, officier de réserve dans la Marine nationale. Au grade de lieutenant de vaisseau soit l’équivalent terrien de capitaine. A ce titre, j’ai pendant plusieurs années encadré ce qui s’appelait alors les « Journées d’appel et de préparation à la Défense » (JAPD) et s’appelle aujourd’hui la « Journée du citoyen » (JDC). Une création du Bureau du service national (BSN) lorsque la conscription fût suspendue par Jacques Chirac en 1995.

Pendant ces journées, je présentai un DVD en guise de « propagande » diront certains, pour « faire passer un message » je rectifierai toujours. Bref, en bonne place dans ce DVD le rôle de la dissuasion française (soyons clair… la bombe atomique) qui est assurée par les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), sachant que ce que le SNLE a de « nucléaire » c’est sa propulsion… la bombe, elle, c’est « l’engin ». A force de parler aux jeunes des JAPD de ces bateaux noirs, j’ai fini par en être fascinée et surtout fascinée par la vie de ces marins des abysses qui peuvent passer près de 90 jours sous l’eau, en remontant à peine à la surface.

Fin de l’acte 1.

Plus tard, en 2008, j’ai entamé une reconversion du journalisme vers le design industriel en intégrant l’ENSCI-Les Ateliers. Très tôt, dans mon cursus de (normalement) trois ans, j’ai commencé à réfléchir à mon sujet de diplôme et petit à petit les sous-marins se sont imposés. Je souhaitais travailler sur les zones de vie de ces bâtiments. Fin 2009, j’ai contacté l’état-major de la Marine pour leur faire part de ce projet un peu fou avec l’idée que quelqu’un quelque part allait mettre un an à me répondre « non ». Ils ont mis quinze jours à me répondre « oui »… car la Marine planchait sur l’aménagement des Barracudas, la prochaine génération de sous-marins nucléaire d’attaque (SNA), toujours à propulsion nucléaire, mais uniquement avec des armes conventionnelles (pas de bombe… donc).

La voie vers mon sujet était toute tracée et, en tant que réserviste et designer en devenir, j’ai pu participer à de nombreuses réunions de travail avec les ingénieurs « facteur humain » de la Direction générale de l’armement (DGA) pour définir les spécifications des zones de vie : les chambres, les carrées et les hygiènes. Le point d’orgue de cette collaboration a été une plongée de quatre jours en 2010 à bord de l’Émeraude ce qui m’a permis de toucher du doigts les véritables conditions de vie des marins embarqués et non plus de l’imaginer au travers les récits et livres que j’arrivais à rassembler.

A bord de l'Emeraude

A bord de l’Emeraude.

Fin de l’acte 2.

Il me restait un an avant mon diplôme, le temps de creuser d’avantage mon sujet ce que j’appelais déjà « le confinement volontaire » et qui par la suite est devenu « le confinement consenti ». Au hasard de mes lectures, j’ai trouvé que la littérature scientifique posait les patrouilles sous-marines comme une expérience « analogue » (le terme ne cessera de revenir par la suite) à un vol spatial, le point commun étant le confinement physique absolu, c’est-à-dire la vie dans une boîte à sardines pour le dire autrement, et un très grand isolement social, c’est-à-dire les difficultés, voire l’impossibilité, d’être en contact avec l’extérieur de la boîte à sardines. Je commençais donc à étudier le filon spatial et les conditions de vie non plus sous l’eau, mais parmi les étoiles.

Fin de l’acte 3.

Un autre terrain analogue à l’espace est alors très vite apparu. Il s’agissait de la vie dans les bases antarctiques (au pôle Sud donc, là où il n’y a pas de population autochtones, contrairement à l’Arctique) et notamment sur la base franco-italienne Concordia qui sert de lieu d’études à l’Agence spatiale européenne (ESA).

Le confinement y est là encore très grand, car il n’est ni facile ni agréable de sortir lorsqu’il fait -89° dehors. Quant à l’isolement, l’Antarctique est le continent le plus isolé sur terre. D’un certain point de vue, en effet, il est plus rapide de gagner la Station spatiale internationale (ISS) que d’aller à Concordia et les moyens de communication (en fonction des techniques déployées) sont peut aisés.

Une fois encore j’ai pris ma plus belle plume pour écrire à l’Institut polaire Paul-Emile Victor de Brest (IPEV) qui est l’opérateur polaire française en leur demandant des informations et pourquoi pas (soyons fou !) les démarches à effectuer pour gouter un peu à la morsure du froid polaire. Les démarches n’ont pas été facile, il faut le reconnaitre, mais après des mois d’échanges de mails afin de clarifier mon projet, expliquer ma démarche, présenter mon futur métier de designer, faire acte d’honnêteté en disant que peut-être je ne servirais à rien sur le terrain mais que je pouvais tout de même faire pas mal de choses… je me suis retrouvée à conduire un tracteur pour participer au raid logistique terrestre qui, trois fois par été austral, relie la base côtière de Dumont d’Urville à la base continentale de Concordia. Soit deux mois en Antarctique dont trois semaines perdue sur l’inlandsis.

Arrivée à la Base Concordia

Arrivée à la Base Concordia.

Fin de l’acte 4.

Après une telle expérience, après de/deux telles expériences, je ne pouvais boucler la boucle – et mon mémoire de fin d’études – sans m’approcher des étoiles. Et là, non, je ne me suis pas assise dans un Soyouz… Mais c’est dans le désert de l’Utah que j’ai enfilé un scaphandre pour faire des sorties extra-véhiculaires (EVA) autour de la Mars Desert Reseach Station (MDRS) de la Mars Society.

Sur Mars ou à peu près…

Selfie sur Mars… ou à peu près…

Cette passion pour les environnements contraints est donc née à 300 mètres sous l’eau… par 75° de latitude Sud… et quelque part « sur Mars ».